Cimetière

1
– Le cimetière de Villé, au Klosterwald, a connu ces dernières années, quelques péripéties inacceptables,  liées à des erreurs dans la gestion des parcelles, le système en place étant très archaïque.

Notre projet, informatiser l’administration du cimetière, afin d’éradiquer tout dysfonctionnement dans sa gestion.

_Aujourd’hui, le choix de l’incinération pour le corps des défunts est un rite funéraire de plus en plus répandu.
A Villé, aucun lieu pour déposer les urnes ou répandre les cendres  n’est prévu.

La loi du 19 Décembre 2008 a restreint les destinations possibles des cendres des défunts après l’incinération.

Désormais il est formellement interdit de :
-Diviser les cendres (entre différents membres de la famille, par exemple).
-Conserver une urne chez soi.
-Déverser les cendres en pleine nature sans en faire préalablement la déclaration à la commune de naissance du défunt.
-Déposer une urne dans une décharge publique.

Même si la loi,  depuis le 1er Janvier 2013, n’oblige que les communes de plus de 2000 habitants à mettre en place un équipement spécifique, « Le site Cinéraire », il serait souhaitable que Villé et ses 1850 habitants puissent avoir à disposition un tel espace au cimetière et permettre ainsi aux familles des défunts incinérés de bénéficier d’un lieu de sépulture et de recueillement, pour les cendres.

Ce sujet mérite une attention particulière car si «nous sommes poussière et retournerons poussière » selon la bible, la mémoire elle, n’a pas de limite, dès lors que l’on veuille l’entretenir.

Exemples de « site Cinéraire ».

12 cases entourent le jardin du souvenir3

Au milieu, le jardin du souvenir équipé d’une stèle où sont inscrits les noms.

Il a l’avantage d’être un lieu mis à disposition gratuitement pour disperser les cendres.

En général, seul le coût de l’inscription du nom est à la charge des familles, qui auront ainsi un lieu de recueillement abordable et entretenu.
De chaque coté, le columbarium, où l’on peut louer une concession et déposer une ou plusieurs, urnes.
Michel GILARDEAU.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *