Conseil municipal du lundi 14 avril 2014

ordre jour 2014 04 _1 ordre jour 2014 04 _2

presse 2014 04 _1

*As Villé 2010

Dépenses communales annuelles pour le football (chiffres 2013) :

  • Electricité : (chauffage, éclairage, club-house, éclairage terrain)  3 213,20 €
  • Eau  130,00 €
  • Ordures ménagères 451,80 €
  • Entretien annuel pelouse 4 213,36 €
  • Subvention club 250,00 €
  • Mise à disposition par la commune d’un tracteur

pour tonte, épandage d’engrais 1 000,00 €

TOTAL : 9 348,36 €

En 2014, s’ajoute la rénovation du club house : 4 750,00 €

Pour l’AS Villé2010, on constate les choses suivantes :

L’argent public dépensé est loin d’être négligeable et il est naturel d’en vérifier la justification. De plus, avec plusieurs membres de la majorité très liés à ce club, une attitude vigilante de notre part s’impose. Autre sujet préoccupant, le club reçoit des aides publiques, donc ses comptes doivent être vérifiés.

Le sont-ils ?

Une chose est sûre, dès lors que le conseil doit s’exprimer sur la pertinence d’une aide, subvention ou autre contribution à une association, il devrait être avisé de la teneur des comptes de cette association. Hors, aucun document ne lui est présenté et il n’y a pas de commission en charge de ce travail de contrôle. Comme pour nombre d’autres sujets, l’opacité règne en maître sur cette municipalité.

Nous aborderons ce sujet lors du budget 2015.

En résumé, nous avons voté pour la rénovation du club house, car il y avait une nécessité d’effectuer des travaux pour ce bien communal, mais nous n’avons pas donné un blanc-seing pour les aides à l’AS Villé2010, trop de questions restant en suspens.

*CCAS et autres désignations

Mme Christiane DUTTER s’est exprimée clairement sur le fonctionnement du CCAS lors du dernier mandat qui relevait davantage d’une chambre d’enregistrement des décisions prises par le maire. Quant aux autres délégations, le Maire a peut-être cru nous faire du tort en ne nous conviant pas à prendre la charge de l’une d’entre elles. Vu l’intérêt que lui et certains de ces colistiers semblaient porter à diverses assemblées, comme par exemple, le SYNDICAT DES 26 COMMUNES qui, selon leurs propos, ne se réunit que pour faire une « bouffe », abaissant son rôle à la valeur d’un comité Théodule et portant le discrédit sur ses représentants.

On pourrait considérer que c’est une chance pour nous de ne pas être impliqués dans cette médiocrité municipale, quand bien même nous ne sommes pas chargés de missions précises.

Nous préférons nous consacrer sur notre domaine de prédilection, le terrain.

*Délégations des adjoints

On aurait pu imaginer que dans la désignation de ses adjoints, le Maire avait prévu quelles seraient leurs missions et délégations respectives ? Et bien non. Le 28 mars les adjoints ont été élus mais le 14 avril on ne sait toujours pas qui fait quoi. Par contre, la loi est claire, ils ne peuvent être rétribués que dans l’exercice de leurs fonctions, avec leurs délégations.

On peut légitimement supposer que sur toute la période où ils n’avaient pas de délégation, aucune indemnité n’a été versée.

Nous avons du mal à imaginer que cette règle ait été respectée….

presse 2014 04 _2

*Budget

Nous nous sommes abstenus.

Les grandes lignes auxquelles nous sommes attachés sont respectées : pas d’augmentation du taux d’imposition, pas d’engagement dans des projets coûteux, à l’exception des travaux programmés avant les élections, et pas de nouvel emprunt. A ce sujet, il est bon de savoir que le principal emprunt de 1 500 000 € souscrit en 2010 est sur 20 ans (échéance 2030) et bénéficie d’un taux actuellement bas de 1,9 %. Cependant, il est non capé, ce qui signifie qu’il peut être révisé à la hausse sans limite, à tout moment. Une épée de Damoclès d’autant plus inquiétante que les ressources de la commune ont peu de chance de s’améliorer vu la conjoncture et la baisse des dotations.

Lotissement Pommiers 2 :

Notre campagne électorale a obligé l’équipe sortante à mettre en vente les lots de ce lotissement. La bonne nouvelle est qu’à ce jour 3 parcelles sont vendues, permettant un remboursement partiel de l’emprunt et donc une diminution des charges d’intérêts. La mauvaise nouvelle, est que des milliers d’euros ont été dilapidés dans cette immobilisation totalement injustifiable des ventes, et que les autres parcelles, vu la situation économique, ne sont pas sur le point de trouver acquéreurs. Les gabegies liées à ce dossier, même atténuées, vont donc se poursuivre.

*Courriers

Voilà une intervention malheureuse d’un des conseillers de la majorité qui aurait dû réfléchir à deux fois, avant d’attaquer Christiane DUTTER pour ne pas avoir voulu distribuer le « ComCom info ». Une attaque d’autant plus incongrue, qu’il n’avait pas à viser Christiane personnellement, notre groupe d’opposition étant unanime sur la question.

Rappelons que ce document était déjà en possession de l’équipe sortante avant les élections.

A noter également que cette même équipe a su se mobiliser pour distribuer sur la même période un tract diffamatoire, de nuit, hors des règles électorales, et que vu les circonstances, il eut été de bon ton de se faire discret.

Enfin, une chose qu’il faut savoir, Christiane dans le « ComCom info » objet de cette attaque personnelle, apparaissait en évidence dans un article sur l’épicerie solidaire « L’ASPERULE » dont elle est Présidente.

Il est difficile de croire que la non distribution de ce document par l’équipe sortante, est le fruit d’une coïncidence. Une telle publicité pour Christiane en période électorale ne pouvait être qu’un bonus pour notre équipe.

ci-joint l’article consacré à l’Association L’ASPERULE (N° 15 – mars 2014)

association 2014 04

 

presse 2014 04 _3

*Réforme territoriale

Les élucubrations du Maire et de son adjointe, ne sont que la diffusion d’informations erronées, organisée par le groupe majoritaire du Conseil Général, cherchant à sauver un maximum de sièges d’amis. Le sujet est plus vaste et repose sur quelques vérités incontournables.

Notre pays a pris un énorme retard dans ses réformes dans tous les secteurs, d’où sa décadence actuelle dans un monde qui évolue très vite.

Le millefeuille territorial est une calamité, non pas pour le coût occasionné par le nombre pléthore d’élus, mais surtout par sa tendance à favoriser l’accroissement de fonctionnaires territoriaux, le saupoudrage des ressources, les gabegies en tous genres, et d’une manière générale, pour peu de réactivité et d’efficacité.

Pour en revenir au nouveau découpage cantonal, comme plus tard la fusion des régions, ce qu’il faut regretter, c’est l’absence d’une réelle information des populations, de débats contradictoires en public, avec des intervenants neutres, hors des manipulations politiciennes, afin que chacun puisse mieux appréhender les enjeux, le pourquoi d’un tel découpage, les logiques qui ont mené à telle carte et pas à telle autre, etc.

Pour notre canton, voici un exemple de réflexion qui aurait pu être abordé :

La défense des intérêts de notre canton, sauvegarde de ses atouts, environnement, qualité de vie, capacités touristiques, agriculture, avec une recherche de solutions pour contrer ses faiblesses en termes d’économie, transport etc., serait-elle plus efficace en se rapprochant de Sélestat ou de la Vallée de la Bruche ?

Quelles peuvent être les conséquences pour notre canton d’être dans le giron d’une grande zone urbaine, dont l’extension permanente détruit les terres agricoles, accentue les problèmes liés aux milieux urbains, insécurité, pollution, bruit, etc. et celles d’un rapprochement d’une zone comme la vallée de la Bruche, rurale et de montagne, qui partagent des problématiques et objectifs similaires tout en préservant leurs spécificités ?

Enfin, nous nous devons de réagir à l’ineptie de l’argument de la première adjointe et conseillère générale, qui considère que l’avenir de Villé devrait se faire en se rapprochant de Sélestat, parce que le Giessen coule vers la plaine et que c’est naturel.

Dans l’espace, tous les corps célestes sont attirés vers les trous noirs, pourtant c’est la désintégration qui les attend, sort qui n’est sûrement pas enviable, même si c’est naturel.

On ne peut conseiller à cette personne, que de bien étudier les sujets, de mener une réflexion de fond avant d’en parler, ça lui évitera ces postures ridicules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *